La fresque est une technique de peinture murale exécutée sur un enduit à la chaux fraîchement pondu. Le pigment de couleur est mélangé à de l'eau afin de ne faire qu'un avec le plâtre, et devenir une partie intégrale de la paroi. Le terme est dérivé du mot italien « a fresco » qui signifie « dans le frais ». Le fait que la peinture soit appliquée sur un enduit qui n'a pas encore complètement séché permet ainsi aux pigments de bien pénétrer dans le plâtre, et du même coup, permet aux couleurs de durer plus longtemps.

L’exécution d’une fresque nécessite une très grande habileté et doit se faire très rapidement, avant que l’enduit ne sèche complètement.

La technique de la fresque est utilisée depuis l'Antiquité et est étroitement associée à la peinture de la Renaissance italienne.

La technique buon fresco

La technique buon fresco, qui signifie en italien la « bonne » ou la « vraie » fresque, s'effectue avec des pigments de couleur mélangés à de l'eau sur une couche mince de mortier de chaux ou de plâtre frais et humide. Lorsque du crépi est utilisé on s’y réfère en utilisant le mot italien pour plâtre qui est « intonaco ». En raison de la composition chimique de l'enduit, un liant n’est pas nécessaire, car le pigment mélangé uniquement avec de l'eau s'installe dans le plâtre, qui devient lui-même le support en maintenant le pigment.

Les buon frescos sont difficiles à créer en raison de l'échéance associée au séchage du plâtre. En général, une couche de plâtre aura besoin de dix à douze heures pour sécher ; idéalement, un artiste commencerait à peindre après 1 heure et poursuivrait jusqu'à 2 heures avant le temps de séchage, ce qui donne 7 à 9 heures de temps de travail. Une fois séché, il n’est plus possible de faire du buon fresco et l’intonaco doit être enlevé avec un outil avant de pouvoir recommencer le lendemain. Si des erreurs sont commises, il peut être nécessaire d'enlever l'ensemble de l’intonaco pour la zone concernée ou de les modifier par la suite avec la technique à secco.

La technique a secco

Une peinture a secco, en revanche, se fait sur du plâtre sec (a secco veut dire « à sec » en italien). Les pigments ont alors besoin d'un agent de liaison avec le plâtre. Cela peut être des oeufs, de la colle ou également de l'huile pour que les pigments puissent être fixés sur le mur. Il est important de faire la distinction entre une œuvre secco fait par-dessus une buon fresco, qui, supposément, est dans la norme à partir du Moyen Âge, et les oeuvres effectuées entièrement a secco sur un mur blanc. Généralement, les oeuvres buon fresco sont plus durables que les oeuvres a secco ajouté au-dessus d'elles, car une œuvre a secco se conserve mieux avec une surface de plâtre rugueux, tandis que de véritables fresques doivent avoir une surface lisse. L'ajout de peinture a secco sur une buon fresco est fréquent pour effectuer des modifications mineures et parfois pour ajouter de petits détails, mais également parce que ce ne sont pas toutes les couleurs qui peuvent être atteintes en buon fresco. Le bleu est particulièrement problématique, alors le ciel et les robes bleues ont souvent été ajoutés a secco.

Grâce à des techniques analytiques modernes, on sait maintenant que même au début de la Renaissance italienne, les peintres employaient assez fréquemment les techniques a secco de manière à permettre l'utilisation d’une gamme de pigments plus large. La plupart de ces œuvres ont entièrement disparu, mais une fresque faite entièrement a secco sur une surface rugueuse peut très bien survivre, même si l'humidité est plus menaçante pour elle que pour la buon fresco.

Les trois principaux avantages de l’ouvrage fait entièrement a secco sont la rapidité, la possibilité de corriger les erreurs et l'absence de variation des couleurs entre le moment d'application et le moment où elles sèchent complètement. Sur les fresques mouillées, il y a un changement de couleur considérable.